LE SCORPION SOUMIS
 
     
 

S'il est bien une chose à laquelle je ne pensais pas encore quand je suis entré dans le monde du BDSM, c'était de me prêter à des modifications corporelles, définitives s'entend. Bien sûr, j'avais pu remarquer en feuilletant la presse spécialisée qui s'y consacre qu'elles étaient monnaie courante mais l'idée d'en venir à ces pratiques ne m'avait pas vraiment effleuré.

Pourtant, je n'étais pas insensible à l'esthétique des sexes et des tétons piercés et/ou circoncis que l'on voyait déjà mais il est vrai qu'on les montrait moins. A l'inverse de ce qui se passe depuis longtemps chez nos voisins Britanniques, les modifications corporelles ne sont sorties du ghetto qu'assez tardivement en France, tout comme le BDSM d'ailleurs... C'est donc petit à petit que l'idée a fait son chemin dans ma tête de me livrer à une (ou plusieurs) de ces pratiques et j'en suis venu à envisager de me faire circoncire car j'ai vite trouvé qu'un sexe ainsi décalotté en permanence était beaucoup plus joli. Malheureusement, j'ai tergiversé pendant plusieurs années avant d'être vraiment prêt à franchir le pas. Entretemps, je m'étais marié et mon épouse n'étant pas du tout réceptive à ces pratiques, j'ai tardé à en concrétiser la réalisation. La chance a toutefois voulu qu'au même moment je puisse accéder à Internet qui est une mine d'informations absolument fabuleuse; c'est ainsi que j'ai découvert le site de circlist qui, s'il est ouvertement pro-circoncision, n'en est pas moins très intéressant de par les précisions (médicales ou non) qu'il expose sur le sujet et par la clarté de ses explications. Ce site est en Anglais mais je ne puis que le recommander à tous les internautes qui envisagent subir une circoncision comme à leurs compagnes qui souhaiteraient en savoir plus.

Ce qui a été l'accélérateur peut paraître curieux, mais une infection urinaire sans gravité aucune m'a convaincu de passer à l'acte afin d'avoir un jzizi d'amour plus facile à nettoyer et en même temps plus joli, enfin à mon goût ! Après m'être renseigné auprès d'un dentiste de mes connaissances, je me suis rendu dans une clinique du nord de Paris pour les entretiens préliminaires en vue de l'opération.

Celle-ci a eu lieu le 23 octobre 1998, une date que je ne suis pas prêt d'oublier. Arrivé à jeun et très tôt le matin, je suis entré au bloc opératoire vers 9 heures pour l'intervention qui a lieu sous anesthésie générale mais ne dure guère plus d'une demi-heure. Dans la salle de réveil, j'ai d'abord hésité avant de soulever mon drap pour voir mon sexe encore enroulé dans un pansement taché de sang et c'est vrai que de prime abord, le pénis ainsi fraîchement opéré n'est pas vraiment beau, mais enfin... A la fin de la journée, je suis passé au donjon de ma Maîtresse pour lui faire la surprise de lui présenter mon sexe ainsi modifié. Elle n'a pas caché sa satisfaction à la vue de ma queue de soumis bientôt disponible pour de nouvelles turpitudes : "Enfin, j'ai longtemps cru que tu étais un fantasmeur et que tu ne le ferais jamais ! Mais je te félicite, et je pense que tu ne le regretteras pas !"

Un zizi d'amour tout neuf.

Je n'ai malheureusement pas fait de photos de mon sexe fraîchement coupé et je le regrette mais le cliché que vous voyez ci-dessus et que m'a gentilment adressé un internaute qui lui avait fait cela vous donne une idée du résultat post-opératoire.

J'ai eu plus de mal -disons-le franchement- à faire accepter cette modification corporelle par mon épouse mais celle-ci s'y est finalement très bien habituée et apprécie de pouvoir jouer à tout moment avec mon gland désormais libéré en glissant deux doigts en-dessous du frein, ce qui ne manque pas de m'exciter très vite.

Ayant brisé un tabou, en quelque sorte, je me suis senti encouragé à aller vers d'autres horizons, et vous aurez vite fait de comprendre lesquels en lisant la suite de cette page. Mais ce jour-là, le plus dur a été fait et je savais qu'il n'y aurait pas de retour en arrière.

 
     
 

Tous droits réservés © Le scorpion soumis